Après la qualification des Lions de l’Atlas en quart de finale de la CAN 2017 du Gabon

La belle victoire des Lions de l’Atlas sur la Côte d’Ivoire, mardi à Oyem au Gabon, avec à la clé leur qualification en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations, a provoqué une explosion de joie dans tout le Maroc. De Rabat à Casablanca en passant par Tanger, Marrakech, Agadir et d’autres villes, des Marocaines et des Marocains drapés du drapeau national ont envahi les rues pour exprimer leur joie pour cette qualification que les Marocains attendaient depuis 2006.

La qualification des Lions de l’Atlas en quart de finale de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football, qui se déroule actuellement au Gabon, a été accueillie par une explosion de joie dans plusieurs villes du Royaume. À Casablanca, les groupes de supporters ont tous rejoint Aïn Diab au coup de sifflet final. Au bout d’un moment, la Corniche était noire de monde, avec drapeaux, chapeaux et portraits des Lions de l’Atlas à la main. Ils ont chanté et dansé jusqu’à une heure tardive de la nuit. Ce concert de voitures, décorées aux couleurs du drapeau national, a célébré avec enthousiasme l’accession de la sélection nationale en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations de football. Un exploit qu’elle n’a jamais atteint depuis la fameuse épopée de 2004.

D’autres à pied brandissaient le drapeau national en scandant : «Vive le Maroc» «Vive le Roi», «Merci les Lions de l’Atlas» et de temps à autre entonnaient l’hymne national. Cette joie est d’autant plus méritée que le onze national n’avait jamais atteint ce stade de la compétition depuis 12 ans. Ces scènes prouvent que les Marocains sont de fervents amoureux de leur équipe nationale. À Rabat, les fans ont envahi l’avenue Mohammed V. Des coups de klaxon et des youyous ont animé mardi la nuit des rbatis juste après le coup de sifflet final. Des célébrations qui ont mis de l’ambiance dans la capitale. Partout, c’était la joie, accompagnée des chants et des cris. Vélos, cyclomoteurs, motos, voitures et taxis saluaient par de bruyants concerts de klaxons la victoire des «Lions de l’Atlas» contre les Éléphants de Côte d’Ivoire. Dans leur joie, les supporters se mettent déjà à rêver d’un exploit : «La victoire finale est possible. On a une belle équipe avec des joueurs combatifs et un bon entraîneur. Maintenant qu’on a éliminé le tenant du titre, on peut rêver d’un exploit», a souligné un jeune supporter hystérique.

Le rêve est tout à fait permis aujourd’hui après avoir réussi à chasser le signe indien du premier tour. C’est tout un pays qui s’est mis soudain à rêver et à espérer d’un deuxième sacre en Coupe d’Afrique, après celui acquis en 1976 par la génération en or conduite par Ahmed Faras, Ahardane, Chérif, Baba, Glaoua, Smiri, Hazzaz, Semmate et la liste est longue. C’est à Benatia et ses coéquipiers de renouer avec ce passé glorieux.