2015-2030 sera proclamée période de mobilisation nationale pour le renouveau de l’école marocaine (AZZIMAN)

azziman

  Le président du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS), M. Omar AZZIMAN, a annoncé, à Rabat, que la période 2015-2030 sera proclamée période de mobilisation nationale pour la réussite du chantier de la réforme du système éducatif et le renouveau de l’école marocaine.

 »Toutes les composantes de la société,  pouvoirs publics, ONG, partis politiques, syndicats, société civile, médias…sont appelés à une mobilisation continue autour de la vision stratégique de la réforme 2015-2030 du système éducatif », a affirmé M. AZZIMAN, qui était l’invité du forum de la MAP du 15 septembre 2015 autour du thème « Quelle stratégie pour une école de la qualité et de la performance pédagogique ».

Il a souligné, dans ce sens, que le Conseil a recommandé de traduire le contenu de la vision stratégique de la réforme en loi-cadre qui fera foi d’un contrat national engageant l’ensemble des forces pour assurer sa mise en œuvre et le suivi régulier du processus de sa réalisation.

Pour M. AZZIMAN, mener à bien ce changement, requiert une volonté d’innover et une méthodologie d’action et de gestion à toutes les échelles.

« Si les choses restent inchangées, et si nous ne faisons rien, ou si nous nous contentons de faire semblant de faire ou nous satisfaisons des mesures incohérentes et irréfléchies, nous allons droit dans le mur », a mis en garde le président du CSEFRS.

 »On assistera, alors, à l’accroissement inéluctable des déperditions, des décrochages, de l’analphabétisme et de l’ignorance, à la baisse de la qualité des formations et à la montée des menaces qu’un tel processus fait peser », a encore averti M. AZZIMAN, qui a souligné l’urgence d’une réforme tous azimuts de l’école marocaine.

Afin de parer à un scénario « aussi catastrophique », il a appelé à redoubler d’efforts en vue d’arrêter l’hémorragie, lutter contre le découragement et remonter la pente pour une mise à niveau de l’école marocaine.

« Cette mise à niveau reste la clé de l’ouverture et de la promotion sociales, et la garantie de mettre l’individu et la société à l’abri de la pauvreté, de l’ignorance et des tendances à l’extrémisme et au repli sur soi », a-t-il fait valoir.

Le président du Conseil a énuméré les facteurs favorables à la mise en œuvre de la vision stratégique du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique, en premier lieu la forte détermination et l’implication du Souverain pour qui la réforme de l’école marocaine demeure  »une priorité nationale ».

Parmi les autres garanties du succès de ce chantier d’envergure, M. AZZIMAN a relevé l’unanimité autour d’une réforme urgente du système éducatif national et la  coopération étroite entre le Conseil et les départements gouvernementaux en charge de l’enseignement dans le cadre du respect des prérogatives de chaque partie.

 

Map